Image Kangoo Junior Napo

Rebonsoir,tout le monde!◘◘◘◘Et maintenant,je vous mets une hyper très prodigieuse et super trop gironde image de Napo! ;) Au revoir et à tout à l'heure!♥♥♥♥

Tags : image - Kangoo Junior - Napo - maintenant - hyper très prodigieuse et super trop gironde - Au revoir et à tout à l'heure!♥♥♥♥ - ;) - Rebonsoir

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.225.32.164) if someone makes a complaint.

Comments :

  • nicolas113

    09/04/2016

    BONSOIR
    Je te souhaite
    Une Belle Soirée.
    Bisous

  • loulou-480

    08/04/2016

    dingodedisney84 wrote: "chouette"

    ^^

  • pattyvend

    05/04/2016

    Après trois ans
    Paul Verlaine
    Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
    Je me suis promené dans le petit jardin
    Qu’éclairait doucement le soleil du matin,
    Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle.

    Rien n’a changé. J’ai tout revu : l’humble tonnelle
    De vigne folle avec les chaises de rotin…
    Le jet d’eau fait toujours son murmure argentin
    Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle.

    Les roses comme avant palpitent ; comme avant,
    Les grands lys orgueilleux se balancent au vent,
    Chaque alouette qui va et vient m’est connue.

    Même j’ai retrouvé debout la Velléda,
    Dont le plâtre s’écaille au bout de l’avenue,
    – Grêle, parmi l’odeur fade du réséda.

  • acteursactrices

    05/04/2016

    Après trois ans
    Paul Verlaine
    Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
    Je me suis promené dans le petit jardin
    Qu’éclairait doucement le soleil du matin,
    Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle.

    Rien n’a changé. J’ai tout revu : l’humble tonnelle
    De vigne folle avec les chaises de rotin…
    Le jet d’eau fait toujours son murmure argentin
    Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle.

    Les roses comme avant palpitent ; comme avant,
    Les grands lys orgueilleux se balancent au vent,
    Chaque alouette qui va et vient m’est connue.

    Même j’ai retrouvé debout la Velléda,
    Dont le plâtre s’écaille au bout de l’avenue,
    – Grêle, parmi l’odeur fade du réséda.

  • dingodedisney84

    04/04/2016

    chouette

  • loulou-480

    04/04/2016

    J'ai commencé à taper cet article le dimanche 3 Avril 2016 et non pas le lundi 4 Avril 2016.Ne faîtes pas attention à cela,d'accord?^^

Report abuse